La norme CI : ce qu’il faut connaître

Dans l’exercice d’une carrière nécessitant l’intervention dans des conditions extrêmes, les chaussures de sécurité constituent un équipement à ne pas négliger. Leur choix ne doit pas se faire d’une manière hâtive. Il requiert la prise en compte de certains critères, dont la soumission aux normes. Pour un métier où l’isolation au froid est incontournable, la norme CI est celle qui est la plus importante.

Norme CI : qu’est-ce que c’est ?

La norme CI n’est pas, à vrai dire, une norme en soi. C’est un règlement complémentaire à des normes plus indispensables, à savoir :

A lire également : Passer à l’éthanol : tout ce qu’il faut savoir

  • EN 345 en rapport avec les chaussures de travail dotées de coque pouvant supporter 200J de pression
  • EN 346 liées aux chaussures disposant de coque ayant la capacité de supporter 100 J
  • EN 347 auxquelles sont soumises les chaussures de travail non équipées de coque de protection

Cette norme impose des chaussures de sécurité anti froid pouvant garantir une meilleure isolation jusqu’à une température de -10°C

Norme CI : qui sont concernés ?

Certains métiers poussent les personnes qui les exercent à travailler régulièrement à l’extérieur, sous des températures hivernales : paysagistes, employés de travaux publics, ouvriers du bâtiment, etc. Il leur faut donc des chaussures mettant leurs pieds à l’abri du froid et de l’humidité. Les bottes de sécurité fourrées et les chaussures thermiques respectant la norme CI constituent ainsi un meilleur choix.

A lire également : Comment savoir quand récolter le CBD ?

Norme CI : une application étendue aux vêtements de travail ?

La Norme CI n’est pas applicable aux vêtements de travail, mais elle y dispose des équivalentes :

  • Les normes EN 343  (températures dépassant les -5°C) et EN 342 (températures en deçà de -5°C) basée sur la ténacité de ces vêtements en cas d’intempéries, de vent fort et de froid
  • La norme EN 14058 concernant des habits de travail utilisables dans un environnement où règne une température inférieure à -5°C.

Toutes les normes qui viennent d’être présentées constituent des références avant de s’acheter une tenue adaptée aux conditions extrêmes.

Les avantages de la norme CI pour les entreprises

Au-delà de l’impact positif sur la santé des travailleurs, les entreprises peuvent aussi tirer profit de la norme CI pour renforcer leur image et leur positionnement. Effectivement, une entreprise qui se soucie du bien-être de ses employés dégage une image positive auprès du grand public. Respecter les normes CI peut être un atout pour remporter des appels d’offres ou encore obtenir certains types de certifications liées aux conditions de travail. Investir dans des vêtements conformes à cette norme permettra aux entreprises d’éviter tout risque en cas d’accident ou de maladie professionnelle, engendrant ainsi moins de coûts financiers et humains. Adopter la norme CI est donc source d’avantages indéniables, autant pour la santé et le bien-être des salariés que pour l’entreprise elle-même. C’est pourquoi pensez à bien informer les entreprises concernées par cette exigence réglementaire.

Comment se conformer à la norme CI : les étapes à suivre

La conformité à la norme CI passe par plusieurs étapes clés. Il est nécessaire de réaliser une évaluation des risques. Cette dernière permettra d’identifier les types de vêtements adaptés aux différentes postures et activités professionnelles exercées au sein de l’entreprise. Une fois cette étape réalisée, il faut sélectionner le vêtement approprié, en prenant en compte plusieurs critères tels que la résistance aux flammèches et autres dangers thermiques ou encore la présence de bandes réfléchissantes pour garantir une visibilité optimale en cas d’intempérie. L’étape suivante consiste à vérifier les performances du produit choisi, notamment son adhérence au corps du porteur ainsi que sa respirabilité.

Il faut noter qu’il existe différentes méthodes afin d’évaluer les performances des tenues vestimentaires conformément à la norme CI. La plus courante reste néanmoins celle qui consiste à réaliser un test sur l’homme mannequin ‘Thermal Manikin’. Il s’agit là d’un système sophistiqué reproduisant les conditions climatiques extrêmes (froid ou chaud) dans lequel un mannequin équipé du vêtement spécifique sera placé pendant quelques minutes voire même heures pour vérifier sa performance face aux situations critiques.

Dernier point crucial : assurer la maintenance régulière des tenues vestimentaires. Les entreprises doivent veiller à remplacer rapidement tout équipement endommagé ou usagé, mais aussi s’assurer que les vêtements sont lavés et séchés dans le respect des règles de sécurité, afin d’éviter toute altération ou dégradation. En respectant toutes ces étapes de conformité, les entreprises peuvent s’assurer que leurs employés travaillent dans des conditions optimales tout en répondant aux exigences réglementaires imposées par la norme CI.