10 des meilleurs poèmes sur la vie

10 des meilleurs poèmes sur la vie

La grande poésie parvient à exprimer l’essence même de son sujet — et quand il s’agit de vivre, c’est tout un défi.

Pour capturer quelque chose qui est si varié, mais qui nous lie en tant que frères et sœurs d’armes, il faut de véritables compétences et de l’artisanat.

A lire également : Quel plat avec un condrieu blanc ?

Heureusement pour nous, les meilleurs poètes à travers les âges ont écrit beaucoup de vers classique et beau pour nous aider à comprendre — non pas déchiffrer — la vie dans toute sa gloire.

Voici 10 des poèmes les plus profonds et les plus significatifs sur la vie. Certains longs, d’autres courts, d’autres célèbres, d’autres moins.

A lire aussi : Pourquoi miser sur les incroyables atouts d’une application de rencontre gay ?

Si vous visualisez sur un appareil mobile, nous vous recommandons de tourner le paysage de l’écran afin de garantir un formatage correct de chaque poème au fur et à mesure que vous le lisez.

1. Un psaume de vie by Henry Wadsworth Longfellow

Ce poème rimé est l’étincelle qui peut réallumer les feux en vous. Il vous met au défi de sortir et de vivre votre vie dans le moment présent en tant que « héros » et de laisser votre empreinte sur ce monde.

Agir ! Agir ! Être Actif !

Ne me dis pas, en chiffres tristes, La vie n’est qu’un rêve vide ! Car l’âme est morte qui se dort, Et les choses ne sont pas ce qu’elles semblent.

La vie est réelle ! La vie est sérieuse ! Et la tombe n’est pas son but ; Tu es de la poussière, de la poussière de retour, N’a pas été parlé de l’âme.

Pas de jouissance, et pas de chagrin, Est notre fin ou notre chemin destiné ; Mais pour agir, que chaque demain Trouvez-nous plus loin qu’aujourd’hui.

L’ art est long, et le Temps est éphémère, Et nos cœurs, bien que vaillants et courageux, Pourtant, comme les tambours étouffés, battent Les funérailles marches jusqu’à la tombe.

Dans le vaste champ de bataille du monde, Dans le bivouac de la Vie, Ne sois pas comme des bêtes bêtes ! Soyez un héros dans la lutte !

Ne faites pas confiance à l’avenir, cependant agréable ! Laissez le passé mort enterrer ses morts ! Agissez, —agissez dans le présent vivant ! Cœur en dedans, et Dieu O’erhead !

Les

vies de grands hommes nous rappellent tous Nous pouvons rendre nos vies sublimes, Et, au départ, laissez derrière nous Empreintes sur les sables de le temps ;

Empreintes de pas, que peut-être une autre, Le principal solennel de la vie d’O’er, Un frère fourré et naufragé, Voyant, prendra à nouveau le cœur.

Laissez-nous, alors, être debout et faire, Avec un cœur pour n’importe quel destin ; Toujours en parvenant, en poursuivant, Apprenez à travailler et à attendre.

2. La route non prise par Robert Frost

La vie se compose d’une succession de choix. Ce célèbre poème commence à une bifurcation dans un sentier boisé et conduit le lecteur le long d’une « route » comme moyen d’expliquer que nous devons choisir d’une manière ou d’une autre et non pas dilly-dally dans la vie.

Peu importe notre chemin, nous ne pouvons pas prévoir où cela nous mènera, ni comment l’autre se serait avéré.

Nous pouvons faire de notre mieux pour prendre de bonnes décisions, mais nous ne saurons jamais vraiment à quel point une alternative aurait pu être pire ou meilleure. Et donc, nous ne devons pas regretter la route qui n’a pas été prise.

Deux routes ont divergé dans un bois jaune, Et désolé, je n’ai pas pu voyager les deux Et être un voyageur, longtemps je me suis tenu Et regarda vers le bas un aussi loin que je pouvais À l’endroit où il se pliait dans le sous-bois ;

Puis a pris l’autre, aussi juste que juste, Et ayant peut-être la meilleure revendication, Parce qu’il était herbeux et voulait porter ; Bien que pour cela, le passage là-bas Les avait portés vraiment à peu près de la même chose,

Et les deux ce matin-là aussi Dans les feuilles aucun pas n’avait foulé noir. Oh, j’ai gardé le premier pour un autre jour ! Pourtant, sachant comment le chemin mène vers le chemin, Je doutais que je revienne un jour.

Je vais le dire avec un soupir Quelque part vieillit et vieillit donc : Deux routes ont divergé dans un bois, et je… J’ai pris celui qui a moins voyagé, Et cela a fait toute la différence.

3. Si — par Rudyard Kipling

La vie vous mettra au défi — physiquement, mentalement, émotionnellement et spirituellement. Ce poème vous demande de supporter, de continuer à traverser et de vous élever au-dessus de l’adversité que vous affronterez.

Il inspire, il motive, il fournit un exemple à suivre. C’est comme un recette pour la vie — et il fournit un repas des plus satisfaisants.

Si vous pouvez garder la tête quand tout sur vous Perdent les leurs et vous le blâmer, Si vous pouvez vous faire confiance quand tous les hommes doutent de vous, Mais tenir compte de leur doute aussi ; Si vous pouvez attendre et ne pas être fatigué en attendant, Ou être menti sur, ne pas traiter de mensonges, Ou être détesté, ne cède pas la place à la haine, Et pourtant, n’ayez pas l’air trop beau, ni ne parlez trop sage :

Si vous pouvez rêver et ne pas faire de rêves votre maître ; Si vous pouvez penser et ne pas faire de pensées votre but ; Si vous pouvez rencontrer Triumph et Disaster Et traitez ces deux imposteurs de la même façon ; Si tu peux supporter d’entendre la vérité que tu as dite Tordu par des nœuds pour faire un piège pour les imbéciles, Ou regardez ce à quoi vous avez donné votre vie, brisé, Et bêtez-les et construisez-les avec des outils usés :

Si vous pouvez faire un tas de tous vos gains Et risquez-le en un tour de lancer, Et perdez, et recommencez à vos débuts Et ne respirez jamais un mot sur votre perte ; Si vous pouvez forcer votre cœur, votre nerf et votre tendon Pour servir votre tour longtemps après qu’ils soient partis, Et alors, attendez quand il n’y a rien en vous Sauf la volonté qui leur dit : « Attendez ! »

Si tu peux parler avec les foules et garder ta vertu, Ou marcher avec des rois, ni perdre le contact commun, Si ni les ennemis ni les amis aimants ne peuvent vous blesser, Si tous les hommes comptent avec vous, mais pas trop ; Si vous pouvez remplir la minute impitoyable Avec soixante secondes de distance parcourue, La vôtre est la Terre et tout ce qu’elle contient, Et… ce qui est plus… tu seras un homme, mon fils !

4. N’allez pas doucement dans cette bonne nuit par Dylan Thomas

La mort est inévitable, et comme le dit ce poème (« mort » étant « sombre »), elle est juste. Mais l’auteur nous exhorte à ne pas céder à la mort trop facilement et à lutter pour la vie jusqu’à notre dernier souffle.

Cela nous rappelle d’une manière puissante et convaincante que la vie est éphémère et que nous devons tirer le meilleur parti du temps que nous avons sur cette planète.

N’allez pas doucement dans cette bonne nuit, La vieillesse devrait brûler et rave à la fin de la journée ; Rage, rage contre la mort de la lumière.

Bien que les sages à leur fin sachent que l’obscurité est juste, Parce que leurs paroles n’avaient pas fourchu la foudre, ils N’allez pas doucement dans cette bonne nuit.

Les bons hommes, la dernière vague par, pleurant comme brillante Leurs actes fragiles auraient pu danser dans une baie verte, Rage, rage contre la mort de la lumière.

Des hommes sauvages qui ont attrapé et chanté le soleil en vol, Et apprenez, trop tard, ils l’ont attristé en chemin, N’allez pas doucement dans cette bonne nuit.

Des hommes tombes, près de la mort, qui voient avec une vue aveuglante Les yeux aveugles pourraient braser comme des météores et être gay, Rage, rage contre la mort de la lumière.

Et toi, mon père, sur la triste hauteur, Malédiction, bénis, moi maintenant avec tes larmes féroces, je prie. N’allez pas doucement dans cette bonne nuit. Rage, rage contre la mort de la lumière.

5. Desiderata par Max Ehrmann

Ce poème en prose est comme un manuel d’instruction pour la vie. Elle est extrêmement édifiante et affirme la vie comme quelque chose à parcourir avec intégrité et compassion.

Elle touche de nombreux domaines d’existence, de nos relations et de nos carrières au vieillissement et à notre bien-être mental.

Vraiment, une composition profonde et significative s’il y en avait un.

Allez placidement au milieu du bruit et de la hâte, et rappelez-vous quelle paix il peut y avoir dans le silence. Dans la mesure du possible, sans reddition, être en bons termes avec toutes les personnes.

Dites votre vérité tranquillement et clairement ; et écoutez les autres, même les sourds et les ignorants ; eux aussi, ils ont leur histoire.

Évitez les personnes bruyantes et agressives ; elles sont vexatoires à l’esprit. Si vous vous comparez avec les autres, vous pouvez devenir vains ou amers, car il y aura toujours des personnes plus grandes et plus petites que vous.

Profitez de vos réalisations ainsi que de vos projets. Restez intéressé par votre propre carrière, même si humble ; c’est un vrai possession dans les fortunes changeantes du temps.

Faites preuve de prudence dans vos affaires, car le monde est plein de tromperie. Mais que cela ne vous aveugle pas à la vertu qu’il y a ; beaucoup de personnes luttent pour des idéaux élevés, et partout la vie est pleine d’héroïsme.

Sois toi-même. Surtout ne feigne pas d’affection. Ne soyez pas cyniques sur l’amour ; car face à toute aridité et désenchantement, il est aussi pérenne que l’herbe.

Prenez gentiment les conseils des années, en abandonnant gracieusement les choses de la jeunesse.

Nourrissez la force de l’esprit pour vous protéger dans un malheur soudain. Mais ne vous inquiétez pas avec des imaginations sombres. Beaucoup de craintes naissent de la fatigue et de la solitude.

Au-delà d’une discipline saine, soyez doux avec vous-même. Vous êtes un enfant de l’univers pas moins que les arbres et les étoiles ; vous avez le droit d’être ici.

Et que ce soit clair ou non pour vous, il ne fait aucun doute que l’univers se déroule comme il se doit. Soyez donc en paix avec Dieu, tout ce que vous imaginez Lui pour l’être. Et quels que soient vos travaux et vos aspirations, dans la confusion bruyante de la vie, gardez la paix dans votre âme. Avec toute sa tromperie, sa corvée et ses rêves brisés, c’est encore un monde magnifique. Sois gai. Efforcez-vous d’être heureux.

6. Loisirs par W. H. Davies

Ce court poème ne pourrait pas être plus pertinent pour le monde d’aujourd’hui s’il essayait. Il nous conseille de prendre le temps de « se tenir debout et regarder » ou, en d’autres termes, de ralentir et d’observer toute la beauté qui vous entoure.

Ne laissez pas le monde se précipiter sans préavis ; ouvrez les yeux et voyez — voyez vraiment — dans toute sa gloire. Faites de l’espace dans votre vie pour cet acte de loisir le plus simple.

Quelle est cette vie si, pleine de soins, Nous n’avons pas le temps de rester debout et de regarder.

Pas le temps de se tenir sous les branches Et regarder aussi longtemps que des moutons ou des vaches.

Pas le temps de voir, quand nous passons les bois, Où les écureuils cachent leurs noix dans l’herbe.

Pas le temps de voir, en plein jour, Des ruisseaux pleins d’étoiles, comme des cieux la nuit.

Pas le temps de se tourner au regard de Beauté, Et regarde ses pieds, comment ils peuvent danser.

Pas le temps d’attendre que sa bouche puisse Enrichir ce sourire, ses yeux ont commencé.

Une vie pauvre si, pleine de soins, Nous n’avons pas le temps de rester debout et de regarder.

7. Opportunité par Berton Braley

Vous pouvez vous demander quel est l’intérêt de la vie si tout ce que vous faites est de répéter ce que les autres ont fait avant vous. Ce poème nous rappelle que le monde ne se lasse jamais de la création et que vous êtes un créateur.

Il parle de grands actes et de grandes actions, mais aussi d’amour et de romance, de rires et de loyauté — des choses dont tout homme ou toute femme est capable.

Valez ce que vous avez à contribuer à ce monde.

Avec le doute et la consternation vous êtes frappé Tu crois qu’il n’y a aucune chance pour toi, fiston ? Les meilleurs livres n’ont pas été écrits, La meilleure course n’a pas été couru,

Le meilleur score n’a pas encore été fait, La meilleure chanson n’a pas été chantée, Le best tune n’a pas encore été jouée, Remonter le moral, car le monde est jeune !

Pas de chance ? Pourquoi le monde est juste impatient Pour les choses que vous devez créer, C’est le magasin de la vraie richesse est encore maigre, Ses besoins sont incessants et grands,

Il aspire à plus de puissance et de beauté, Plus de rires et d’amour et de romance, Plus de loyauté, de travail et de devoir, Pas de chance, pourquoi il n’y a rien d’autre que de la chance !

Car le meilleur verset n’a pas encore été rimé, La meilleure maison n’a pas été planifiée, Le plus haut sommet n’a pas encore été grimpé, Les rivières les plus puissantes ne sont pas enjambées,

Ne vous inquiétez pas et vous inquiétez, faible cœur, Les chances viennent de commencer, Pour les meilleurs emplois n’ont pas été commencés, Le meilleur travail n’a pas été fait.

8. Qu’est-ce que la vie devrait être par Pat A. Fleming

En s’éloignant des œuvres célèbres et classiques, nous trouvons ce bijou d’un poème d’un écrivain amateur (va juste montrer que tout le monde peut créer des morceaux de grand sens).

Tout comme ces poèmes plus connus ci-dessus, il nous parle de la façon dont nous devrions essayer de vivre nos vies. C’est simple, mais inspirant.

Apprendre tout en étant encore enfant Ce que cette vie est censée être. Pour savoir que ça va au-delà de moi, C’est tellement plus que moi.

Pour surmonter les tragédies, Pour survivre aux moments les plus difficiles. Pour faire face à ces moments remplis de douleur, Et parviennent toujours à être gentil.

Pour se battre pour ceux qui ne peuvent pas eux-mêmes, Pour toujours partager ma lumière. Avec ceux qui errent dans l’obscurité, Aimer de toutes mes forces.

Pour rester debout avec courage, Bien que debout tout seul. Pour toujours se lever et faire face chaque jour, Même quand je me sens seule.

Pour essayer de comprendre ceux Que personne ne se soucie de savoir. Et leur faire sentir une certaine valeur Quand le monde les a laissés partir.

Pour être une ancre, forte et vraie, Cette personne loyale jusqu’à la fin. Être une source constante d’espoir À ma famille et à mes amis.

Pour vivre une vie de décence, À partager mon cœur et mon âme. Pour toujours dire que je suis désolé Quand j’ai fait du mal à l’ami et à l’ennemi.

Pour être fier de qui j’ai essayé d’être, Et cette vie que j’ai choisi de vivre. Pour tirer le meilleur parti de chaque jour En donnant tout ce que j’ai à donner.

Pour moi, c’est ce que devrait être cette vie, Pour moi, c’est pour ça. Pour prendre ce que Dieu m’a donné Et le rendre tellement plus

Pour vivre une vie qui compte, Être quelqu’un de grande valeur. Aimer et être aimé en retour Et faites ma marque sur Terre.

Source : https://www.familyfriendpoems.com/poem/what-life-should-be

9. Qu’est-ce que notre vie ? de Sir Walter Raleigh

C’ est le poème le plus court de la liste à seulement 10 lignes, mais il encapsule comment la vie ne doit pas être prise au sérieux. Au lieu de cela, l’auteur suggère que la vie est une comédie et que la terre est notre scène.

Alors, que devrions-nous faire ? Agissez bien. Faites rire les gens. Jouez notre rôle dans le monde jusqu’à ce que le rideau tombe et nous partons de cette la vie.

Quelle est notre vie ? Le jeu de la passion. Notre joie ? La musique de division : Les entrailles de nos mères, les maisons de tireur, Où nous sommes habillés pour la courte comédie de la vie. La terre la scène ; le ciel le spectateur est, Qui est assis et voit celui qui agit mal. Les tombes qui nous cachent du soleil brûlant Sont comme des rideaux dessinés lorsque le jeu est fait. Ainsi jouer post nous à notre dernier repos, Et puis nous mourrons sérieusement, pas en plaisanter.

10. Les constructeurs par Henry Wadsworth Longfellow

Nous avons commencé par un poème de cet auteur et nous finissons par un autre. Ici, on nous enseigne que la vie est au sommet des blocs de construction du temps et que nos actions d’aujourd’hui donnent naissance à nos demain.

Nous sommes les architectes et les constructeurs de notre vie et si nous voulons atteindre notre propre version du succès, nous devons mettre le travail acharné et l’énergie.

Tous sont des architectes du Fate, Travailler dans ces murs du Temps ; Certains avec des actes massifs et grands, Certains avec ornements de rime.

Rien d’inutile n’est, ou faible ; Chaque chose à sa place est la meilleure ; Et ce qui semble, mais spectacle inactif Renforce et soutient le reste.

Pour la structure que nous soulevons, Le temps est avec les matériaux remplis ; Nos jours et hier Sont les blocs avec lesquels nous construisons.

Vraiment façonner et façonner ces ; Ne laissez pas de lacet entre ; Ne pense pas, parce que personne ne voit, De telles choses resteront invisibles.

Dans les temps anciens de l’art, Constructeurs ont travaillé avec le plus grand soin Chaque minute et partie invisible ; Car les Dieux voient partout.

Faisons aussi notre travail, À la fois l’invisible et le vu ; Faites la maison, où les Dieux peuvent habiter, Belle, entière et propre.

Sinon, nos vies sont incomplètes, Debout dans ces murs du Temps, Escaliers cassés, où les pieds Tumble comme ils cherchent à grimper.

Construire aujourd’hui, puis, fort et sûr, Avec une base ferme et ample ; Et ascendant et sécurisé Demain, il trouvera sa place.

Ainsi seuls pouvons-nous atteindre Pour ces tourelles, où l’œil Voie le monde comme une vaste plaine, Et une portée illimitée du ciel.

Show Buttons
Hide Buttons
Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

 

You have Successfully Subscribed!