Quel salaire pour emprunter 200 000 euros à deux ?

Votre salaire est un déterminant principal sur lequel se basent les institutions bancaires avant de vous accorder une offre de prêt. Que vous ayez décidé de faire votre emprunt à deux, c’est une bonne idée. Cela vous permet ainsi de cumuler vos revenus et donc d’augmenter votre capacité d’emprunt. Pour un crédit de 200 000 euros à souscrire à deux, découvrez ici quel salaire sera nécessaire pour bénéficier d’un tel financement.

Tenir compte de la durée de remboursement

Que vous décidiez de faire un emprunt de 200 000 euros seul ou à plusieurs, le salaire requis est le même. Puis, il varie suivant la période de remboursement. Cette dernière peut aller de 10 jusqu’à 30 ans et vous n’êtes pas toujours libre de la choisir vous-même en fonction de votre taux d’endettement.

A voir aussi : Zoom sur la société Saugal Fers à Toulon

Le salaire minimum pour emprunter 200 000 euros sur 10 ans

Vous voulez peut-être un prêt de 200 000 euros à deux à rembourser sur une période de 10 ans. Voici comment calculer le salaire minimum approximatif qu’il vous faut déclarer pour être éligible.

Puisque 10 ans correspondent à 120 mois. Vous divisez le montant de l’emprunt, soit 200 000 euros par le nombre de mois sur lequel il faut le rembourser, pour trouver la mensualité due.

Lire également : Où habiter quand on travaille à Strasbourg ?

Ce qui vous donne : 200 000/120 = 1 666 euros. Ne devant pas dépasser le taux d’endettement qui est de 33 %, vous faites ensuite, 1 666 X 3 = 5 048 euros. Pour donc prétendre un prêt de 200 000 euros à deux ou solo, vous devez déclarer un revenu supérieur ou égal à 5 048 euros.

Le salaire minimum pour emprunter 200 000 euros sur 15, 20, 25 ou 30 ans

En utilisant la même formule que celle appliquée ci-dessus, les salaires minimums pour prétendre à un prêt de 200 000 euros s’élèvent respectivement à :

  • 3 366 euros sur une période de 15 ans ;
  • 2 524 euros sur une durée de 20 ans ;
  • 2 018 euros pour une durée de 25 ans ;
  • et 1 681 euros pour 30 ans.

Il est à rappeler que ces montants sont à titre indicatif et peuvent varier en fonction du taux d’intérêt appliqué par la banque. Par ailleurs, il faut noter que plus la durée de remboursement est longue, plus ce taux est élevé et pourrait agir sur le salaire nécessaire.

Calculer sa capacité d’emprunt

Au-delà du salaire, la capacité d’emprunt est aussi un élément primordial pour l’accord d’un prêt. Cela dit, vous pouvez bel et bien disposer d’un salaire adéquat et votre capacité d’emprunt peut vous empêcher de souscrire un autre contrat de crédit. Comment cela est-il possible ?

Pour calculer en effet votre capacité d’emprunt, vous avez besoin des principaux éléments ci-après :

  • le total de vos revenus fixes ;
  • le total de vos charges ;
  • et votre taux d’endettement.

Il faut noter que le taux d’endettement d’un individu ne peut dépasser 33 % soit un tiers de ses revenus. Dans quelques cas d’exception, cette limite peut être dépassée.

Par ailleurs, à ces éléments suscités, les banques peuvent également ajouter d’autres paramètres. Il s’agit du montant d’apport personnel, des mensualités du prêt et de la durée du remboursement de ce dernier.

Les revenus pris en compte pour calculer la capacité d’emprunt

C’est à ce niveau que les co-emprunteurs sont appelés à déclarer tous leurs revenus fixes. Ces derniers prendront en compte principalement leurs salaires et d’autres revenus tels que les rentes, les profits fonciers, etc. Cependant, les recettes temporelles telles que les primes ne sont pas prises en compte.

Les charges à déclarer

Dans cette rubrique, les co-emprunteurs sont tenus d’épurer toutes leurs dépenses ainsi que les charges que couvrent leurs revenus. Il peut s’agir de loyer, de mensualités de prêt en cours, de pension alimentaire versée à un ex-conjoint, etc.

La formule appliquée pour connaître sa capacité d’emprunt

Au vu de tous ces détails, pour calculer votre capacité d’emprunt, vous n’avez plus qu’à :

Soustraire de vos revenus toutes vos charges pour ensuite multiplier le résultat par le taux d’endettement (33) et diviser par 100.

Le résultat obtenu correspond à votre « reste à vivre » pouvant vous permettre d’assurer vos dépenses quotidiennes après acquisition de vos dettes. Ce montant doit représenter les deux tiers de vos revenus, sinon aucun prêt ne vous sera accordé de plus.