Le troisiéme pilier suisse

Le troisiéme pilier suisse

Le saviez-vous ? En Suisse, la retraite repose sur trois piliers constitutionnels. Tous trois complémentaires et destinés à aider les Helvètes à préparer leur retraite tout au long de leur vie. Vous pouvez examiner ce système en suivant ce lien : https://www.troisiemepiliersuisse.info/

Le premier pilier permet d’assurer un minimum lors du départ à la retraite. Mais aussi de mettre à l’abri aussi bien le conjoint que les enfants en cas de décès. Cette assurance-vieillesse survivant est également complétée par une assurance invalidité. Le deuxième pilier, lui, n’est autre qu’une prévoyance professionnelle qui tire son financement des cotisations des entreprises ainsi que des salariés. Il est disponible sous la forme d’un capital ou d’une rente. 

A voir aussi : Pourquoi les Belges sont-ils davantage séduits par le crédit personnel ?

Deux piliers solides et complémentaires mais qui ne couvrent, une fois la retraite atteinte, qu’environ 60 % du montant du dernier salaire. C’est pour cela qu’existe un troisième pilier. Il s’agit, ici, d’une prévoyance facultative qui permet aux Suisses d’augmenter le montant perçu à la retraite. Ce troisième pilier peut être dit soit lié soit libre et nous allons voir ici la version libre.

Quelle est la différence entre les deux formes de troisième pilier ?

Le troisième pilier libre n’est autre qu’une forme d’assurance-vie, qui fonctionne comme telle, et qui peut permettre de préparer la retraite mais également prévoir des indemnités en cas d’invalidité ou encore mettre à l’abri les proches du cotisant en cas de décès. La version liée, elle, se présente comme un contrat (ou une convention), passé avec un établissement bancaire ou une assurance qui court théoriquement jusqu’à l’âge légal de retraite. Pour cette version liée, si le partenaire est une assurance, l’assuré verse une cotisation périodique (mensuelle, trimestrielle ou annuelle) dont le montant a été fixé à l’avance. Cette assurance comprend des prestations de retraite mais également une assurance complémentaire pour décès ou invalidité. Avec une banque, le contrat prend la forme d’un compte épargne prévoyance dont le taux est variable. Il peut être complété par un contrat de prévoyance décès, invalidité, incapacité de gain. Les cotisations sont ici déductibles de l’impôt sur les revenus mais les montants cotisés sont plafonnés.

A lire aussi : Création d’entreprise aux USA : Ce qu’il faut savoir

Fonctionnement du troisième pilier libre (assurance vie)

Si les versements effectués pour le compte du troisième pilier libre ne sont pas déductibles fiscalement, ils ont l’avantage d’être libre et sans plafonnement. Le paiement s’effectue au rythme voulu par l’assuré. On peut souscrire ce type de contrat auprès de nombreuses compagnies d’assurance suisses. Et il est tout à fait possible de faire jouer la concurrence. En effet chacune possède dans ses contrats des clauses particulières et lui étant propre. Alors que pour le troisième pilier lié on doit faire courir le contrat jusqu’à l’âge légal de départ en retraite, ici il n’y a aucune limite. On peut continuer à cotiser après le départ à la retraite comme stopper tout avant. Il est cependant courant que les compagnies d’assurance fixent des durées de cotisation minimale. Un autre avantage est celui de pouvoir choisir une tierce personne comme assuré. Et d’ainsi assurer soi-même, par exemple, son conjoint ou ses enfants. Tout cela offre un gain en souplesse par rapport à son cousin.

Show Buttons
Hide Buttons
Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

 

You have Successfully Subscribed!